Bienvenue sur le site du conservatoire de l’abeille noire en Val de Loire, Sologne, et  Forêt d’Orléans.

La mission du conservatoire est de préserver l’espèce d’abeille domestique locale, dite « noire », dont la pérennité est menacée. Les actions de sélection tendent à rechercher et conserver son patrimoine génétique.

Chaque région de France doit préserver sa propre sous-espèce d'abeille mellifère : bretonne, landaise, francilienne, provençale, auvergnate, pyrénéenne, normande, solognote, etc.

Les abeilles locales sont adaptées à leur milieu, et constituent un réservoir génétique irremplaçable.

" si nous continuons les hybridations à cette vitesse, nous prenons le risque de voir l'espèce s'affaiblir au point qu'il faudra les nourrir et les soigner pour assurer leur survie ", estime Lionel Garnery, chercheur au CNRS.

Appauvrissement de l’environnement, pollutions chimiques dans l’air et le sol, importations massives de millions d’abeilles étrangères à usage annuel qui transmettent leurs gènes de courte durée de vie, les maladies nouvelles (parasites, virus, CCD…), et tant d’autres facteurs de notre époque font disparaître peu à peu nos abeilles indigènes. Notre conservatoire d'abeilles noires milite pour un environnement riche en biodiversité mellifère et pollinifère, et une conduite des abeilles au plus proche de la nature.

Actualités

Assemblée générale annuelle 2020

samedi 25 janvier 2020
à 10h 30, Mairie de Mont-prés-Chambord (41250)

 

L’abeille mellifère française est en voie de disparition

Apis Mellifera Mellifera subit les mortalités de ces dernières années, reconnues scientifiquement comme résultant (au moins) de l’appauvrissement des ressources mellifères, des traitements phytosanitaires, de leurs interactions avec les maladies inhérentes des abeilles, et des importations de nouvelles maladies et de leurs vecteurs issus d’abeilles étrangères : varroa asiatique, diarrhées, etc.

Depuis des dizaines d’années, des chercheurs de l’INRA, du CNRS, et d’éminents apiculteurs sélectionneurs de plusieurs pays écrivent que les abeilles doivent être sélectionnées régionalement, sous risque de rapides déconvenues : les métissages mal contrôlés produisent des comportements imprévisibles et décevants. Malheureusement pour la France, ce sont en 2011 des abeilles grecques qu’on voit installer sur les toits parisiens, ou des argentines au bord des champs… par milliers ! Avec la conséquence d’un affaiblissement génétique inouï par la reproduction des ces abeilles de substitution, et une filière apicole française qui produit 2,5 fois moins de miel qu’il y a 15 ans…

Des opérations de « Greenwashing apicole » soutiennent l'installation d'abeilles...hybridées ! À des fins médiatiques et commerciales, ces importations d'abeilles inadaptées aux micro-climats français diminuent la biodiversité durable. Elles desservent tout développement durable en apiculture, et favorisent la fragilité des colonies métissées avec ces abeilles étrangères, jusqu’à leur disparition que les marchands s’empressent de remplacer moyennant finances, par des essaims importés.

 

Le court-terme...

Contrairement aux espérances de prise de conscience des apiculteurs sur la nécessité de préserver la diversité de l'abeille noire française, les analyses de 2011 témoignent d'une évolution catastrophique : des variétés d'abeille noire disparaissent irrémédiablement de certaines régions de France. Avec le métissage et le remplacement par des abeilles étrangères moins adaptées, les apiculteurs travaillent contre leur propre filière. Un très mauvais exemple : la présence d'abeilles d'Afrique du Sud au sein d'une zone conservatoire ! Vraisemblablement, Apis Mellifera Scutellata d'Afrique (photo ci-dessous, depuis www.insectimages.org) a été importée illégalement en France pour amener une soi-disant rusticité aux abeilles hybridées des marchands sans scrupules plutôt que de profiter de l'abeille noire qui a déjà ici ces qualités !!

Informations "techniques" pesticides

- Les néonicotinoïdes affaiblissent une partie du système immunitaire de l'abeille et favorisent ainsi le développement des virus tels DWV1
- Les bourdons sauvages sont affaiblis par DWV (virus des ailes déformées) et Nosema Ceranae : les abeilles des apiculteurs sont les vecteurs probables de contamination : encore un effet des importations...2
- Les agriculteurs sont encouragés à "cultiver du pétrole" : colza, tournesol, soja3... leurs usages principaux !
- Les différences des concentrations en produit actif dans les bidons de pesticides (PPP) peuvent être de plus de 15% par rapport aux concentrations affichées sur l'étiquette4.
- Risque existant de résidus de pesticides dans le miel de zones de plaines agricoles, risque réduit en zone de bocage4.
- Les pesticides diminuent l'énergie cellulaire des spermatozoïdes (au moins chez les abeilles !)4.
- Les pollens de cornouiller et de coquelicot sont parmi les plus bénéfiques pour la santé de l'abeille4.
- À quand un dosage des pesticides évalué sur la dose sans effet plutôt que sur la dose létale de 50% des abeilles ? La dose sans effet de certains pesticides serait de l'ordre de 0,3 nanogramme par abeille4.
- Les pesticides peuvent nuire aux cerveaux humains !5

1www.pnas.org/content/early/2013/10/18/1314923110 - 2www.bbc.com/news/science-environment-26242960 - 3www.bbc.com/news/science-environment-25656283 - 42e journées de la Recherche Apicole, ITSAP, février 2014 - 5www.bbc.com/news/science-environment-25421199

 

 

~

jachère naturelle

Friche naturelle et mellifère

Pour la plus grande objectivité de ses programmes, le conservatoire est indépendant des organisations syndicales ou assimilées, ainsi que des pressions agricoles ou commerciales. Le conservatoire se réserve le droit de soutenir toute action et tout acteur allant dans le sens de la préservation de l'abeille noire locale.

˜

Merci à nos partenaires et soutiens :

Région Centre-Val de Loire  Fonds Feader Leader Pays des Châteaux  Fondation Léa Nature jardin bio  Banque Populaire Val de France  Fondation Lemarchand 

˜

Réalisation Conservatoire de l'abeille noire en Val de Loire - Sologne - Forêt / ©2012 Tous droits réservés